Lisa, 34 ans.

fashionable-girl-1382946_1920.jpg

Il me dénigrait continuellement.

Lisa, 34 ans

Comment commencer?

C'était le passage de Pierre à Antoine.

En fait, avec Pierre, ça allait faire quatre ans qu'on était ensemble. C'était quelqu'un de très bien. Mais un manipulateur. En public, avec moi, il a souvent été très bien. Mais moi, j'étais pas heureuse. Il me dénigrait pour plein de choses. Forcément, ça donne pas une très bonne estime de soi.

Au début, tout se passait très bien, mais il y a toujours eu énormément de disputes. Il aimait beaucoup le conflit. Et moi, pas du tout. Il avait ce comportement protecteur que je recherchais. J'avais dix-neuf ans quand on s'est mis ensemble.

Je l'avais rencontré pendant l'été. Nous étions dans nos études puis il a trouvé du travail. Je faisais les aller-retours entre les deux villes. Pourquoi il a trouvé du travail à Grenoble et pas à Lyon? Il avait une page blanche...J'analyse a posteriori.

Je l'ai rejoint à Grenoble, après mes études.J'ai mis six mois à trouver du travail. Je me suis découvert infirmière pendant mon travail, pas pendant mes études. Il y avait beaucoup de tensions. Il pouvait être très gentil et en même temps horrible.

Si tu ne trouves pas de travail, je te quitte.

Mes six mois de travail m'ont donné confiance en moi.. J'avais du mal à m'affirmer dans mon milieu professionnel. J'ai trouvé du travail dans une autre ville, à Voiron et tout s'est débloqué en même temps. J'ai postulé à Voiron et à Lyon. J'ai eu les deux postes et j'ai choisi Lyon. Je crois que, inconsciemment, je voulais déjà m'éloigner de lui.

J'en parlais beaucoup à ma maman et à ma grand soeur. Je vivais sous son emprise et de temps en temps, j'arrivais à prendre de petites décisions.

Il avait cette habitude de souffler le chaud et le froid.

J'avais deux ou trois amies qui étaient en psycho et qui essayaient de m'ouvrir les yeux sur ce qu'était notre relation.

Y'avait des moments qui étaient bons mais y'avait toujours un moment dans la journée où il me rabaissait.

Il était l'enfant star du pays, sportif de haut niveau, il a un peu vécu dans un autre monde. Une espère de super héros. Il voulait faire quelque chose de sa vie.

Ce que je faisais à manger, c'était toujours dégueulasse.
Dur à décrire. Des moments de vie. Je fais un saut dans le temps, juste un exemple.

Il m'avait rejointe à Lyon. Je l'appelle pour savoir s'il voulait que je prenne des pizzas. Il dit non. Quand j'arrive, il m' a engueulée, défoncée, parce que je n'avais pas apporté à dîner. On s'est disputés pour ça. C'était absurde. J'avais tous les torts tout le temps.

Ce qui est dur, c'est qu'il y a des moments où on était bien. Pour moi, ça a été un processus très très très long, d'abord pour me rendre compte, ensuite pour accepter et ensuite pour me battre pour notre couple.

Pour en revenir à l'histoire, je suis donc partie à Lyon. J'ai vécu un mois chez ma tante. Puis j'ai trouvé mon appartement. Il ne lui plaisait pas . Il disait que s'il m'avait aidée, il ne m'aurait jamais laissée choisir une merde pareille. Très dur dans les mots.

Il m'a rejointe à Lyon six mois après. Il ne voulait pas me perdre mais il était horrible. Il fallait qu'on fasse l'amour tous les jours. Comme j'avais pas toujours envie de lui, il me forçait à accepter. Il m'a dit qu'il avait l'impression de faire l'amour avec un cadavre.

J'ai une grand capacité à mettre de côté, momentanément, sans oublier...

Je pleurais très souvent, tout le monde voyait que je n'étais pas bien.Maman m'avait offert un chat parce qu'elle sentait que j'étais très seule.

Il m'a donc rejointe à Lyon. J'ai changé d'appartement. C'était au mois d'août, on s'est séparés six mois plus tard. En avril.
C'est moi qui l'ai quitté. Je disais depuis le début à ma grande soeur que je ne savais pas comment je pourrais faire des enfants avec lui.

Mais je ne peux pas dire trop de mal de lui, ja suis quand même restée quatre ans avec lui.

Avant moi, c'était un coureur. Pendant notre relation, il a pu y avoir des choses un peu curieuses. J'ai pu avoir des doutes. Je suis un peu naÏve, chaque fois il me jurait que non.

Mais il avait l'habitude de me raconter ses conquêtes d 'avant, comment il se faisait draguer. Malgré ça, il avait une jalousie qui était énorme et qu'il n'assumait pas. Je sentais qu'il fallait pas que je sorte. Je suis quand même sortie sans lui de temps en temps, mais pas énormément. Et lui aussi.
Je me souviens une fois, je suis allée à une soirée avec des copines. Et il est allé voir des photos sur internet. Il m'a fait une scène, m'a engueulée d'avoir dansé avec un des garçons de notre groupe, il était pourtant homosexuel.

J'ai le souvenir de hauts et de bas constants. Je lui ai souvent dit que j'étais malheureuse. Après notre séparation, il a dit qu'il n'avait rien vu. Il ne s'était jamais attendu à ce que je parte. D'ailleurs, il me l'avait dit plusieurs fois. Tu n'auras jamais le courage de me quitter.

Le jour où on s'est séparés, on s'était encore disputés, une énième fois.

Et là, ça a été stop. Mon corps a dit stop.

Une de mes grandes craintes à la fin, c'était qu'il me demande en mariage. J'aurais peut-être pas pu dire non.

Ce jour-là, je suis rentrée, on a regardé la télé. On a fait l'amour. Il m'a demandé de lui dire je t'aime. Et j'ai dit non. On s'est beaucoup disputés.

A 21 heures, j'avais un cours de danse et lui judo.

En rentrant, j'ai dit que je partais, que j'allais dormir chez une copine.

On pleurait tous les deux, il voulait pas que je parte. Je suis partie chez mon amie. Le lendemain, je suis allée travailler. Et le lendemain, il y avait une soirée médecine.

Et c'est là que j'ai rencontré Antoine. On vient de se fiancer.

J'ai l'impression d'avoir un prince charmant. Tout se passe sans prise de tête. C'est fluide. Je pensais pas qu'il allait me rappeler. Ca s'est fait naturellement. Il ne m'a pas harcelée. Il a essayé de me faire revenir. Je suis allée chercher mes affaires, une semaine après. Il m'avait déjà remplacée. Il l'avait rencontrée dans le métro.
A Grenoble, il était vraiment mon seul centre d'intérêt, à Lyon, je m'étais reconstruite toute seule et j'avais évolué. Quand Antoine m'a dragouillée au bloc, j'étais tellement malheureuse que j'en ai été flattée. Il y avait déjà eu un épisode où j'avais été tentée par un garçon. Et j'avais eu le regret de ne pas succomber à la tentation parce que j'étais en couple.

Je m'étais toujours dit que je ne tromperais jamais à cause du couple de mes parents. Mais je sais maintenant que je serais capable de tromper si je suis malheureuse.

Et je juge un petit peu moins que ce que je jugeais avant.

Je me suis senti grandir quand j'ai pris la décision de le quitter.