Jasper, 48 ans

infidelity-379565_1920.jpg

J'aime les femmes. J'aimais les femmes. J'ai beaucoup trompé. Même si j'ai été relativement fidèle quand j'étais marié. Quand j'étais avec les autres femmes, je trompais parce que je cherchais toujours mieux, celle qui comblerait encore plus mes aspirations. C'était jamais satisfaisant.

Si je suis bien avec quelqu'un, je ne vais pas chercher ailleurs. En ce moment, par exemple, même si j'aime les femmes, je ne vais pas chercher ailleurs une autre relation amoureuse, j'ai quelqu'un avec qui je partage beaucoup de choses.

Avant, je pouvais avoir trois nanas à la fois. Je cherchais l'écoute que je n'avais pas, ou la tendresse que je ne recevais pas, ou encore la complicité que je n'avais pas...toutes qualités qui te permettent de rester avec quelqu'un.

Quand tu es avec plusieurs femmes, tu prends du recul. Mais elles s'attachent à toi. C'est le problème! Elles te relancent en permanence; la coupure devient très difficile Si j'étais qu'avec une, j'avais beaucoup de mal à arrêter. Parce que c'était une rupture qui me renvoyait à mon enfance. Pendant mon enfance, j'aimais quelqu'un et on m'a coupé de cette personne. Ma nounou que j'adorais, qui était tout pour moi, parce que ma mère était très absente...J'ai été cajolé jusqu'à 10 ans, puis abandonné à la pension. Toute la semaine, pas de retour, même le week-end, j'attendais, des lettres qui ne venaient pas, des visites qui ne venaient pas. Un abandon total. Donc, ça fait très mal.

Dans la relation amoureuse, c' était souvent la femme qui faisait la rupture. Et là, j'étais très malheureux, alors que je ne souhaitais que cela, que j'avais tout fait pour qu' elle rompe. Surtout parce que mon ego en prenait un sale coup.

Après, j'ai posé mon ego et ça n'a plus eu le même impact. Mais j'ai quand même connu des moments très durs. Même si je pouvais me partager, être gentil avec plusieurs. Ca restait dans l'amusement, très superficiel.

J'ai trompé, la dernière année de mon mariage. Caroline me mettait une pression très importante, elle voulait que j'aille voir un psy. J'y suis allé. Elle, elle ne pouvait pas. C'était trop dur. Je souffrais pas mal. J'ai rencontré une voyante;. "Vous allez rencontrer une très jolie inconnue et ça va être le coup de foudre immédiat!". Ca m'est arrivé. J'ai été subjugué. On a eu une grande passion et ça a été une reconstruction. Quelqu'un de positif, qui me faisait avancer, qui arrêtait de me dénigrer. Tant que tu ne connais pas la personne, tu ne sais pas à qui tu as affaire. Pendant tout ce moment-là, tu es réconforté.
Je suis revenu vers ma femme, car elle avait trop de problèmes psychologiques qui n'étaient pas reglés. Sans culpabilité car j'avais fait avec elle tout ce qu' il était en mon pouvoir de faire, au maximum de mes capacités.

Quand on s'est enfin séparés, elle m'a proposé de revenir, j'ai dit non. Car j'étais à la limite de mon équilibre psychologique. C'était vital. Ou alors je crevais. Mais derrière, c'est dur.

La seule chose qui m'ait fait tenir, c'est que c'est la mère de mes enfants.C'est très important de ne pas déstabiliser les enfants.