Judith, 55 ans.

adult-1851459_1920.jpg

Tout a coup, il entend une porte qui claque...

Judith, 55 ans

J'étais étudiante et pas mariée. Je vivais en colocation. Il y avait beaucoup d'allées et venues dans l'appart. Ca entrait, ça sortait.

Un jour, un copain de copains est venu à l'appart. Il était très beau, très drôle. Cet appartement, c'était la bulle. On faisait plein de petits dîners. Quel amusement!

Je suis sortie avec lui un mois.

Un jour, il m'a proposé de partir en week-end avec lui. Porsche. Très belle maison en Normandie. Un flambeur!

Je suis allée dans sa propriété. Il y avait un couple d'amis. Je savais qu'il était marié mais il n'avait pas d'alliance.  Je croyais qu'il était séparé. On ne sortait pas au restaurant. Je ne me suis pas rendue compte que c'était une relation cachée.

Un jour, il me demande de le rejoindre à son bureau. Tout à coup, il entend une porte qui claque. Son appart était au-dessus. Je ne le savais pas.

Sa femme a monté les marches, s'est arrêtée devant le bureau. J'ai vu son visage se transformer. Oh! Merde, ma femme...

Qu'est ce que je fous là? Je suis folle! C'est impossible!!! J'ai été prise d'une angoisse horrible et j'ai foutu le camp... Je n'ai jamais vu cette femme.  Mais je n'ai jamais oublié et je pense très souvent à elle. J'espère qu'elle est partie. Ce mec, je l'ai haï d'avoir fait ça.

J'ai eu du chagrin pour elle. Je me suis mise à sa place. Si on me faisait ça, j'en mourrais. A partir de là, je me suis dit: Plus jamais avec un homme marié!! Je ne ferai plus souffrir une innocente... Je sentais que j'avais fait le malheur de quelqu'un même si je savais bien que je n'étais pas la première et que je ne serais pas la dernière...

C'était un couple qui n'arrivait pas à avoir d'enfants. Il était volage, insouciant, parisien, plein de fric. Je n'étais qu'une aventure de plus. Pas une briseuse de couple, c'est pour ça que je suis tombée dans le panneau.

Ce n'était pas moi la vraie responsable. Je l'ai largué et il a continué son système. Je ne l'ai plus jamais revu. Il continue de demander de mes nouvelles. J'étais soulagée d'avoir rompu. J'étais paniquée.

Ca a duré trois mois. Je n'avais jamais imaginé faire ma vie avec lui. J'ai eu peur. J'ai eu un frisson. Vraiment, je ne m'étais pas rendue compte qu'il était encore en couple. C'était pas l'amour fou avec sa femme.

Depuis, je sais qu'il ne faut pas faire confiance aux hommes. Même mon mari, je suis toujours en alerte. Au fond, je suis très vigilante. Je sais que le meilleur des maris peut trébucher.  Tous les jours, je recommence. C'est ce que je me dis.

Ce n'est jamais normal. Au fond de moi, il y a la certitude que l'homme trompe.

Mon père est mort quand j'étais très jeune. Je découvrais les hommes quand j'ai rencontré celui qui allait devenir mon mari. Nous n'étions que des femmes à la maison. J'ai été élevée dans un contexte très féminin. Avec en arrière-plan, un grand-père très vieux... Il n'y avait pas de sexualité dans le contexte!