Noemie, 61 ans.

woman-1587472_1920.jpg

Je restais parce que j’avais peur.

Noémie, 61 ans

C'était mon premier amour. A 16 ans, en cours de danse. Il était taxi. J'étais vierge. C'était un amour fou. On s'est fréquentés pendant seize ans. A vingt ans, je suis tombée enceinte.

Il m'a maintenue au bord de la fenêtre au sixième étage. Si tu ne fais pas ce que je te dis, tu atterris en bas. Je ne veux pas d'enfant.
Je suis allée voir une faiseuse d'anges. Elle m'a mis une sonde. Je suis restée toute seule chez moi, quatre jours. Puis, je suis retournée travailler. J'étais aide-soignante.

J'ai fait la fausse-couche chez moi. Un petit garçon de quatre mois. Et ensuite, je suis repartie travailler. J'ai fait un début de septicémie. On m'a emmenée à l'hôpital et là, j'ai tout expliqué au chirurgien.

Il est quand même venu me voir. Ils lui ont interdit de passer la porte de ma chambre.

J'ai continué de vivre avec lui. Ca s'est aggravé. Régulièrement, je prenais des coups. Je restais parce que j'avais peur. Si je le quittais, il me vitriolerait. J'ai quand même décidé de partir. J'ai téléphoné à mon frère. Il m'a aidée et je suis partie. Tous les jours, il me suivait. Je me faisais accompagner par ma mère. C'était un homme très intelligent, très gentil. Mais j'étais sa chose.

Et puis, je l'ai oublié. J'ai connu quelqu'un d'autre.  Longtemps après, je l'ai de nouveau rencontré, et il m'a demandé pardon. J'ai pardonné. Mais on n'est pas ressortis ensemble.

Un mélange d'amour, de haine, de peur.

C'était un colérique, mais il n'éclatait jamais devant les autres. Il voulait pas me perdre.

A la fin, il est venu me confier qu'il avait un cancer. On se revoyait en amis, car de mon côté, il n'y avait plus rien.