Elio, 34 ans.

one-3106848_1920.jpg

Quand il n’y a pas de projet de vie, ça ne marche pas.

Elio, 34 ans

Non! Qu'est-ce qu'on peut dire? Je sais pas...Je vais manquer d'inspiration...

Qu'est-ce qu'on peut dire? Je sais pas... Je peux en parler pendant des heures, mais comme ça, j'sais pas bien...

On s'est rencontrés, je venais quand même de perdre mon deuxième amour. Il parait qu'on a trois amours dans la vie. Moi, je venais de perdre le deuxième. Il ne restait qu'une chance...

Donc, en pleine force de l'âge, j'étais un coureur. (Silence). Hi, hi, hi... Ca me fait rire. Du coup, j'étais par monts et par vaux pour trouver la bonne. Et donc, je suis tombé sur la mère de mon fils! ou c'est elle qui m'est tombée dessus...De peur de me perdre, elle m'a fait un enfant.

Ca va pas être joli ce que je vais dire.

On a vécu un peu ensemble... Les dégâts du baby blues, je sais pas si c'est ça. C'est elle qui est partie. Après, c'est assez flou. Vous pouvez inventer la suite. C'est compliqué. Il y a eu un an de restriction de sexe. Du coup, ça nous a éloignés. Je suis un peu trop franc...On ne discutait pas trop.

C'est parce que je l'aimais trop qu'elle est partie. Elle était bien crispée. Les rôles se sont un petit peu inversés. Je mets la charrue avant les boeufs et elle , elle est un peu peureuse. Elle a mis un enfant entre nous deux. Et c'est moi qui suis devenu peureux!

Ca a fait ressortir la mort de mon père quand j'avais dix-neuf ans. Et là, il y a eu crispation de ma part. Peur de ne pas savoir assumer. Financièrement. C'est un peu décousu. Etre temps, il y a eu des promesses entre elle et moi, non tenues. Quand il y a eu le petit, je lui ai fait promettre de ne pas chercher à m'éloigner de mon fils. Et aussi de ne pas chercher à m'éloigner de mon bar.

J'avais déjà perdu mon père, je ne voulais pas perdre mon fils. J'ai arrêté le bar, la seule chose que je savais faire... Je savais pas comment redémarrer ma vie professionnelle. Donc, ça m'a un peu crispé.

C'est un manque de confiance en moi. J'étais sans doute pas assez fort pour garder cette fille. Fallait peut-être ça pour que ma vie reparte à zéro. J'avais arrêté l'alcool un peu avant. Elle est partie juste après. Je suis allé la rechercher....

Les émotions? On en est à trois ans après la rupture. Le temps que j'aurais dû passer avec elle et avec mon fils, c'est perdu. Avec elle, un jour, ça pourrait être rattrapé. Mais avec mon fils, même si je suis très proche de lui, j'ai perdu tous ces moments qui ne se rattrapent pas. Elle est libre, mon fils est à moi. Si elle a envie de s'échapper ailleurs, on ne peut rien y faire...

Actuellement, je suis dans un état d'esprit... Je suis en attente de rien... Ca m'a permis de me recentrer sur moi. Et j'arrive à être un peu plus léger.

La vie professionnelle et la vie amoureuse sont assez similaires.. Quand on monte une société, on fait des objectifs à un an, à trois ans, à dix ans.. Dans un couple, quand on n’a pas ça, ça marche pas., il n'y a pas d'intérêt . Quand il n'y a pas de projet de vie, ça marche pas.

Un homme, surtout la première année, il a du mal à réaliser qu'il a un enfant. C'aurait été mieux qu'on en parle d'abord. C'était peut-être pas le bon moment. Mais peut-être aussi que ça se serait jamais fait! Je suis passé par tous les sentiments. On s'est testés. Pousser l'autre à bout. Quand je rentrais pas, ou que je rentrais tard, rond, c'était un test. Inconsciemment. Pour voir ce qu'elle pouvait supporter. Et là, elle me teste...

Quand elle est partie, j'ai eu le sentiment que tout mon corps sortait par ma gorge. Je sais pas si je serais capable de ... Mais là, elle pousse le test un peu trop loin. Elle a poussé une porte qui n'aurait jamais dû être ouverte.

Elle a dit des choses que j'étais incapable d 'entendre, et quand je suis devenu enfin capable de les entendre, elle ne les disait plus. C'était peut-être trop tard, enfin je sais pas. J'y crois pas trop.

Elle m'a dit qu'elle reviendrait jamais. Mais si elle revenait, je crois que je serais partagé entre la snober, pour être poli, et lui faire l'amour, là, devant tout le monde.

J'ai oublié de dire une chose très importante. Elle est partie, je venais de demander sa main, six mois avant. C'est très important de le rajouter...