Pablo, 43 ans

family-286247_1920.jpg

Dans une relation longue, il y a plusieurs mariages

Pablo, 43 ans

Pablo, 43 ans

Je ne crois pas aux coïncidences;  je crois aux synchronicités. Vous me posez cette question et je suis justement en train de me séparer. Pour l’instant, je ne suis ni marié, ni séparé. Je suis dans les limbes émotionnelles, affectives. Je ne me sens plus marié.  J’avais vingt ans quand on s’est rencontrés. J’ai vécu avec elle pendant 23 ans.

Elle a montré plus tôt cette envie d »autonomie. Elle a eu une relation après dix ans de mariage. Oui, elle m’a trompé. Elle s’est elle-même pardonnée, elle s’est donné une deuxième chance , pour nous.

C’est très fort de tromper quelqu’un à ce niveau-là, après deux mois, trois mois.

A ce moment-là, j’ai quitté la maison, mais nous sommes restés ensemble. Nous avons eu des jumelles. Et c’était comme un deuxième mariage. Dans un relation longue, il y a plusieurs mariages. Passion, stabilité, construction, ça marche.

On était depuis onze ans ensemble quand on a eu les enfants. Donc, on a eu du temps pour nous. Les dernières années, on a commencé à discuter la relation. Au début de l’année prochaine, on se sépare en gardant une vie familiale. C’est consensuel.

Moi, j’ai souffert beaucoup plus longtemps qu’elle. Il n’y a pas de tierce personne en ce moment. . C’est une femme qui aurait dû travailler. C’est moi qui rapporte l’argent, je suis le chef de famille mais c’est elle qui est la plus indépendante.

Elle est très cultivée, elle écrit. Elle dit qu’elle ne se sent plus à l’aise dans notre relation. Elle pense qu’elle ne saura jamais ce qu’elle est elle-même dans une relation comme la nôtre.

J’ai pris un an et demi pour comprendre. J’ai un peu plus peur qu’elle.

Moi, j’ai eu des relations d’une nuit avec des filles. Il y a en France une moralité que j’ai idéalisée, intellectualisée. Au niveau de la sexualité, elle est très conservatrice, très catho. Au pays de Foucault, je pensais je croyais que c’était plus psychanalysé. Il y a un côté plus dans la convention que dans d’autres pays, qu’en Argentine par exemple.Moi, je suis un diplomate argentin. J’ai vécu dans de nombreux pays, mais la France a cette particularité. Il y a un coté plus dépressif dans la sexualité en France.

J’ai eu trois ou quatre relations charnelles, mais je n’ai pas décidé de me séparer. Je n’ai pas demandé à ma femme, mais elle aussi a dû avoir d’autres hommes.

Je me sens très à l’aise dans une vie séparée mais qui sera forcément en famille.

C’est la femme de ma vie et je n’aurai pas d’autres enfants.

Je ne sais pas comment cela va s’arranger au niveau affectif. Il y aura des moments intimes au début mais quand il y aura quelqu’un d’autre, ce sera différent.

Cette interview sur un sujet qui me concerne d’aussi près n’arrive pas par hasard. Cela n’arrive pas aux gens pas disponibles. Ca va être compliqué de trouver une femme aussi intelligente qu’elle.

Dans le mariage, on tombe dans la routine. Le pire, c’est de se fermer à l’extraordinaire.

J’aimerais tomber amoureux, ça fait du bien. J’aime les histoires très intenses.

On peut mourir d’amour.