Christian, 61 ans

summerfield-336672_1920.jpg

On met en scène sans jamais qu’il y ait de première.

Christian, 61 ans

J’ai trompé dans ma tête.

J’ai un rapport à la femme qui est un sentiment amoureux. En admiration de ce qu’est la femme d’aujourd’hui. Dans chaque femme, il y a des qualités et une force extraordinaires. Une dualité faiblesse / force. Ce qui lui donne une puissance phénoménale. Il y a dans la force des femmes, une faiblesse attirante et qui me fait rêver.

C’est littéralement un comportement amoureux. Pour la femme en général, sans me fixer sur un objet particulier. Et je me détourne de ma femme à moi. Comme si j’étais vraiment amoureux.

Une restriction sur l’alimentation. Une certaine distraction. Des pensées un peu fixes, une obnubilation. Des ébauches de projets sans passage à l’acte. Un début de projet.
Je le vis très mal dans mon couple. Je prends conscience que cela correspond à un manque. Et que c’est l’aveu du rejet d’une certaine partie de ma vie de couple. J’aspire à d’autres horizons.

Y a eu des passages où il y a eu des provocations très fortes. Et d’autres moments où je gérais plus ou moins bien des manques. C’est du non-dit.

Je n’en voulais pas à ma femme. On a la sensation d’une stérilité du sentiment factice conjugal. Cela ne permet pas d’améliorer ta condition de vie maritale.

A quoi bon continuer de rêver?

C’est une certaine infidélité qui n’est pas concrétisée. Une communion bien ressentie à l’extérieur du couple. On met en scène sans jamais qu’il y ait de première. Quand on a expulsé ses pensées déviantes, le retour au couple se fait ainsi:

-tu fais le point de la relation en magnifiant tous les points qui t’ont ancré dans la relation depuis toujours.

-tu reviens sans reproches et sans misogynie.

Je n’ai pas réglé mon problème, c’est juste ma soupape de sécurité. Une façon d’exister au moindre coût. Qui me permet de ne pas détruire l’ensemble de l’oeuvre, la totalité de ce que j’ai construit.

Ce sentiment que je peux avoir, il n’y a aucune raison que je l’annihile. Pas d’interdit complet. Pour moi, ce n’est pas au programme. J’imagine que ma femme puisse m’avoir trompé. Pourquoi pas?
Pour l’instant, coexistence pacifiée.