Louis, 59 ans

willow-2858884_1920.jpg

J’avais une vision très simpliste de la vie, et assez naïve…

Louis, 59 ans

Louis, 59 ans

infidelitestromperiestémoignagesinterviews Non classé 12 septembre 2019 2 Minutes

On n’est jamais certain de ne pas avoir été trompé. Je ne suis pas forcément jaloux mais je suis assez vigilant quand je suis dans une relation. Ca me fait penser à une histoire amusante.

Nous avions décidé de passer les fêtes du Jour de l’An, à l’Hotel du Golf, à Corrençon-en-Vercors. Mes amis étaient avec un couple d’amis. Mon ami Hubert avait dit grand bien de moi, avait vanté toutes mes qualités. Nous étions dans une ambiance agréable et apaisante.

Le jour même, pendant le réveillon, tout le monde s’est mis à danser. L’ami de Hubert dansait beaucoup avec ma femme.Moi, je me suis pris un vieux réflexe de jalousie… la sensation de ne plus exister.

Je n’ai pas de souvenir de ressenti physique, de douleur de ce moment de jalousie. Mais, ça a été plus fort que moi, au bout d’un moment, je n’en pouvais plus, j’ai quitté la scène et je suis parti me coucher.

Ce qui est probablement la pire des choses à faire! S’enfermer tout seul, dans ses idées noires, sans plus rien à confronter avec sa propre réflexion.

Le lendemain matin, j’étais complètement bloqué, incapable de parler! Ca m’avait trop fait souffrir…On s’est retrouvés au petit déjeuner, puis pendant la promenade, je n’ai pas dit un mot. Et c’était pas calculé. Je ne pouvais pas. C’était plus fort que moi… C’était la souffrance…
Hubert a vécu cette histoire d’une manière incroyable! Il n’a jamais compris. Jamais compris les éléments de ce moment, ou pas vraiment.

Si je fais une recherche dans ma vie, je crois que j’ai été traumatisé lorsque l’on m’a mis en internat dans un collège. J’avais une vision très simple de la vie et assez naïve,. Je serais toujours un enfant et mes parents seraient toujours mes parents. Le monde était d’une quiétude et d’une sérénité extrêmes.

A dix ans, je suis entré au collège. Et là, j’ai eprouvé un sentiment d’abandon atroce, je pleurais tous les soirs. Ca m’a fait énormément souffrir.

J’ai une vision complement enfantine de l’amour. Je suis à la fois dans la fusion et dans l’indépendance au quotidien. Je le vois comme un domaine où chacun reste avec sa personnalité, s’enrichit de l’autre et l’enrichit, sans rien se cacher. Je suis très idéaliste.
Je préfère mourir avec des idéaux non réalisés plutôt que réaliser des à-peu-près. Le rêve est un des éléments les plus déterminants dans la qualité d’une vie.

Je suis gai et optimiste mais au fond de moi-même, je sais qu’il y a un terme fatal qui arrêt tout. Je pense très souvent à la mort.

J’ai l’impression d’être un vieux rentier qui vit sur un trésor, la qualité de ma vie.Dans ma vie, tout me plait, tout est très bien. Le risque , c’est forcement qu’un jour, ce soit moins bien…Je suis dans la conservation de ce que j’ai acquis…

Je ne suis pas suspicieux dans la relation, mais s’il y a des indices qui font germer une inquiétude, je deviens très vigilant! La jalousie, c’est un manque de confiance en soi.